Département des Sciences du LangageCliquez sur le bouton pour atteindre le lien

L’alternance codique et variation du français dans les chansons zouglou : quel way ?

L’année 1990 donne naissance à un nouveau genre musical ivoirien : le zouglou. L’apparition de cette nouvelle musique n’est pas fortuite. Elle découle de la myriade de protestations faites par la gent estudiantine au gouvernement pour l’amélioration de leur condition d’étude. Le pouvoir en place répond par l’oppression et la répression. Malmenés et frustrés, les étudiants créent le zouglou pour porter leurs revendications sur le plan national et international. Donc, le zouglou qui était une musique de revendication, à l’instar du reggae, va étoffer sa thématique en abordant le vécu quotidien de l’Ivoirien (amour, pauvreté, jalousie, sorcellerie, injustice, népotisme, immigration, etc…). Ainsi, plusieurs codes sont usités par les chanteurs zouglou dans leurs différentes chansons. D’une part, dans une chanson, une ou deux langues peuvent êtres utilisées à côté du français. D’autre part, on constate une variation du français (français standard, français populaire ivoirien et/ou nouchi) dans la même chanson. Dans cet article, il sera question de montrer la portée de ces faits sociolinguistiques en nous appuyant sur les études de chercheurs comme Adom (2013), Hamers (1983), Gardner-Chloros (1983), Grosjean (1982, 1993), Poplack (1988), Gumperz (1989) Ludi et Py (2003) et bien d’autres.

  • Date:  2018-08-02 22:08:22
  • Auteur: Jean-Claude DODO & Serge ALLOU
Retour Télécharger l'article