Département des Sciences du LangageCliquez sur le bouton pour atteindre le lien

RECOMMANDATIONS AUX AUTEURS-CIRL

Avertissement

« Aucune revue ne peut publier un article dont la rédaction n’est pas conforme aux normes éditoriales (NORCAMES/LSH). Les normes typographiques, quant à elles, sont fixées par chaque revue », Cf. Normes éditoriales d’une revue de lettres ou sciences humaines adoptées par le CTS/LSH, le 17 juillet 2016 à Bamako, lors de la 38ème session des CCI. Désormais, les RECOMMANDATIONS AUX AUTEURS-CIRL devront se conformer aux normes éditoriales (NORCAMES/LSH).

Les consignes spécifiques à la revue CIRL

Acheminement des textes
Toutes les propositions pour la revue Cahiers Ivoiriens de Recherche Linguistique (C.I.R.L.) sont acheminées au Comité de rédaction en électronique (en format Word et PDF à l’adresse suivante : infos@ila.ci Les résultats des évaluations sont envoyés par voie électronique.
Procédure de révision
Les textes sont soumis à la révision des lecteurs. Les auteurs reçoivent les commentaires écrits des lecteurs spécialisés. Il leur est alors notifié, par la même occasion, l'acceptation ou le rejet de leur contribution. Le texte accepté doit, après correction conformément aux observations des lecteurs, être retourné au comité de rédaction en version électronique (WORD et PDF).
Rédaction des textes
Le texte compte au minimum 12 pages et au maximum 20 pages. Les notes de bas de page sont réservées aux compléments d’information. Les marges sont de 3 cm sur chaque côté. Le corps du texte qui comprend nécessairement une introduction, un développement et une conclusion, est en Times New Roman 12 justifié et à interligne simple. Les paragraphes débutent par un alinéa de 0,5 cm.
Autres dispositions
  • Les textes doivent être des articles originaux n'ayant pas fait l'objet d'une publication antérieure. Tous les articles proposés seront soumis à l'appréciation d'un comité de lecture qui en sélectionnera les meilleurs pour publication. Les propositions de correction seront transmises à l'auteur par le comité de rédaction.
  • La numérotation des tableaux se fera en chiffres arabes suivant l'ordre de leur apparition dans le texte.
  • Utiliser les polices : Charis SIL ou Lucida Sans Unicode (ces polices sont téléchargeables gratuitement sur le site SILpour les exemples à transcrire en phonétique.
  • Les exemples linguistiques doivent être numérotés de façon continue du début à la fin du texte en mettant les numéros entre parenthèses (ex. (1) ; (2) …). Pour un même exemple à plusieurs niveaux, faire suivre le chiffre de numérotation par les lettresa., b., c., … (ex. (1) a. ; (1) b. ; (1) c. …)
  • Pour les sites Web sur Internet, Ex. GUIDERE Mathieu, 2000, « Translating Practices in International Advertising », Translation Journal, (date de consultation du site), ˂ http://…..˃

Normes éditoriales (NORCAMES/LSH)

La structure
La structure d’un article, doit être conforme aux règles de rédaction scientifique, selon que l’article est une contribution théorique ou résulte d’une recherche de terrain.
Présentation de la structure d'un article
La structure d’un article scientifique en lettres et sciences humaines se présente comme suit :
  • Pour un article qui est une contribution théorique et fondamentale
    Titre, Prénom et Nom de l’auteur, Institution d’attache, adresse électronique, Résumé en français, Mots clés, Abstract, Key words, Introduction (justification du thème, problématique, hypothèses/objectifs scientifiques, approche), Développement articulé, Conclusion, Bibliographie
  • Pour un article qui résulte d’une recherche de terrain
    Titre, Prénom et Nom de l’auteur, Institution d’attache, adresse électronique, Résumé en français, Mots clés, Abstract, Key words, Introduction, Méthodologie, Résultats et Discussion, Conclusion, Bibliographie
  • Les articulations d’un article, à l’exception de l’introduction, de la conclusion, de la bibliographie, doivent être titrées, et numérotées par des chiffres (exemples : 1. ; 1.1. ; 1.2. ; 2. ; 2.2. ; 2.2.1 ; 2.2.2. ; 3. ; etc.).
Les passages cités sont présentés en romain et entre guillemets. Lorsque la phrase citant et la citation dépassent trois lignes, il faut aller à la ligne, pour présenter la citation (interligne 1) en romain et en retrait, en diminuant la taille de police d’un point.
. Les références de citation sont intégrées au texte citant, selon les cas, de la façon suivante
  • (Initiale (s) du Prénom ou des Prénoms de l’auteur. Nom de l’Auteur, année de publication, pages citées)
  • Initiale (s) du Prénom ou des Prénoms de l’auteur. Nom de l’Auteur (année de publication, pages citées).
  • Exemples
    En effet, le but poursuivi par M. Ascher (1998, p. 223), est « d’élargir l’histoire des mathématiques de telle sorte qu’elle acquière une perspective multiculturelle et globale (…), d’accroitre le domaine des mathématiques : alors qu’elle s’est pour l’essentiel occupé du groupe professionnel occidental que l’on appelle les mathématiciens (…) ».
    Pour dire plus amplement ce qu’est cette capacité de la société civile, qui dans son déploiement effectif, atteste qu’elle peut porter le développement et l’histoire, S. B. Diagne (1991, p. 2) écrit :

    Qu’on ne s’y trompe pas : de toute manière, les populations ont toujours su opposer à la philosophie de l’encadrement et à son volontarisme leurs propres stratégies de contournements. Celles-là, par exemple, sont lisibles dans le dynamisme, ou à tout le moins, dans la créativité dont sait preuve ce que l’on désigne sous le nom de secteur informel et à qui il faudra donner l’appellation positive d’économie populaire. - Le philosophe ivoirien a raison, dans une certaine mesure, de lire, dans ce choc déstabilisateur, le processus du sous-développement. Ainsi qu’il le dit : le processus du sous-développement résultant de ce choc est vécu concrètement par les populations concernées comme une crise globale : crise socio-économique (exploitation brutale, chômage permanent, exode accéléré et douloureux), mais aussi crise socio-culturelle et de civilisation traduisant une impréparation sociohistorique et une inadaptation des cultures et des comportements humains aux formes de vie imposées par les technologies étrangères.

    S. Diakité
    1985, p. 105

    Les sources historiques, les références d’informations orales et les notes explicatives sont numérotées en série continue et présentées en bas de page.
    Les divers éléments d’une référence bibliographique sont présentés comme suit : NOM et Prénom (s) de l’auteur, Année de publication, Zone titre, Lieu de publication, Zone Editeur, pages (p.) occupées par l’article dans la revue ou l’ouvrage collectif. Dans la zone titre, le titre d’un article est présenté en romain et entre guillemets, celui d’un ouvrage, d’un mémoire ou d’une thèse, d’un rapport, d’une revue ou d’un journal est présenté en italique. Dans la zone Editeur, on indique la Maison d’édition (pour un ouvrage), le Nom et le numéro/volume de la revue (pour un article). Au cas où un ouvrage est une traduction et/ou une réédition, il faut préciser après le titre le nom du traducteur et/ou l’édition (ex : 2nde éd.).
    Ne sont présentées dans les références bibliographiques que les références des documents cités. Les références bibliographiques sont présentées par ordre alphabétique des noms d’auteur. Par exemple :
    Références bibliographiques
    • AMIN Samir, 1996, Les défis de la mondialisation, Paris, L’Harmattan.
    • AUDARD Cathérine, 2009, Qu’est-ce que le libéralisme ? Ethique, politique, société, Paris, Gallimard.
    • BERGER Gaston, 1967, L’homme moderne et son éducation, Paris, PUF.
    • DIAGNE Souleymane Bachir, 2003, « Islam et philosophie. Leçons d’une rencontre », Diogène, 202, p. 145-151.
    • DIAKITE Sidiki, 1985, Violence technologique et développement. La question africaine du développement, Paris, L’Harmattan